alexandre-glanz

Discours de Alexandra Glanz Présidente

Nous partageons le discours d’Alexandra Glanz notre Présidente lors du rassemblement devant le siège de l’Agence France Presse !

« Merci à tous d’avoir pris le temps de vous rassembler. Je suis ravie de ce rassemblement unifié avec l’Organisation Juive Européenne (OJE) avec qui nous partageons les mêmes combats.

Lorsque nous avons créé l’association IMPACT (Israël Mobilisation Promotion Action), nous voulions parler d’Israël au travers d’événements positifs.
Malheureusement, l’actualité ne nous en a pas donné le droit. Il nous était impossible d’assister passivement aux actes terroristes qui ont eu lieu en Israël depuis quelques semaines.

IMPACT est une association française composée de juifs et non juifs, étudiants ou jeunes travailleurs. Comme vous, nous ouvrons nos journaux chaque matin, allumons notre télévision ou surfons sur les réseaux sociaux. Nous sommes des français qui avons marre d’assister passivement à un traitement médiatique partisan lorsqu’il s’agit d’Israël.

Pour la presse française:
• Les morts et les blessés ne sont plus des victimes mais des « colons », des « extrémistes orthodoxes » en « Cisjordanie occupée ».
• Les terroristes sont des jeunes exaspérés, des acteurs isolés, des détraqués ou pire des résistants.

Est-il normal justifier ou minimiser des actes terroristes?

Les médias français n’apportent pas à nos concitoyens une information claire, impartiale et exhaustive sur les évènements en Israël. L’Agence France Presse (AFP), principale agence de presse en France dont les dépêches sont reprises par l’ensemble des médias français a notamment fait preuve à plusieurs reprises de partialité dans sa manière de traiter et transmettre l’information.

Nous lisons le 3 octobre 2015 dans le monde reprenant une dépêche de l’AFP : « Deux Palestiniens, qui avaient attaqué à coups de couteau des Israéliens, dont deux ont trouvé la mort, ont été tués par la police durant la nuit de samedi à dimanche 4 octobre à Jérusalem, sous haute tension depuis le début des fêtes juives il y a trois semaines. »

Quelle est véritablement l’information à tirer de cet évènement:
• Que des terroristes palestiniens ont poignardé des israéliens?
• Ou bien que les terroristes ont été tués par la police?

De même, la couverture journalistique française des évènements à Gaza apparaît partiale et partielle par rapport à des médias de référence internationaux comme le New York Times.
Alors qu’un article du journal Le Monde du 10 octobre 2010 qui avait pour titre: « La vague de violence s’étend à la bande de Gaza”, nous apprend que lors d’un rassemblement de 200 personnes dans la bande de Gaza, les Palestiniens ont « jeté des pierres », nous avons pu lire dans le New York Times et Haaretz (presse de gauche en Israël) que ce ne sont pas 300 mais entre 1000 et 3000 Palestiniens qui étaient présents lors de ces rassemblements, lançant des pierres, mais aussi des grenades et des pneus brûlés.

Les informations existent donc c’est un choix journalistique de les utiliser
Encore une volonté française de minimisation du terrorisme.

Plus parlant encore sur la chaine parlementaire le 12 octobre lors de l’émission « Ca vous regarde: Israel Palestine, une Intifada des couteaux »,
Beligh Nabli, professeur d’Université, ose affirmer que ce qui se passe en Israël ne rentre pas dans la vague de montée mondiale du djihâd ou du terrorisme de l’Islam radical.
Pourquoi? Parce que ces actes ont lieu en « territoire occupée » dit-il.
Mais un couple massacré devant leur enfant ne vous en déplaise c’est un acte terroriste que la presse doit qualifier comme tel !

Par contre d’autres informations sont mises sous silence ou seulement légèrement évoquées.

Où peut-on lire que l’État Islamique est face aujourd’hui à un couloir et à un électorat pour supplanter le Hamas à Gaza ?
Où peut-on lire que Abbas, persiste à ne pas condamner ces actes terroristes? Le même Abbas, nommé ambassadeur de la paix par la mairie de Paris. Le mémé Abbas qui défilait parmi le cortège présidentiel contre le terrorisme, suite aux attentats de Charlie Hebdo et de l’Hyper Casher!
Abbas qui, dans un discours prononcé le 16 septembre déclare: « Chaque goutte de sang pure ou impure tombera pour Allah ».

Nous nous ne trouvons pas ces informations dans nos médias.

L’AFP rompt avec le principe de publication impartiale de l’information. Nous avons cherché à comprendre en les contactant et nous sommes encore ouverts à la discussion. Nous nous mettrons à leur disposition pour une rencontre.
Certains diront que le rôle de la démocratie est de permettre de tout dire, mais le poids des mots n’est pas à négliger, et ils ont un sens propre qu’il convient de respecter.

Nous sommes tous réunis aujourd’hui devant l’AFP pour faire respecter le sens des mots.
Nous sommes réunis pour dire à la presse française que la malformation qu’elle véhicule a un impact en France et provoque des passages à l’acte antisémite.

Il est temps que la presse française prenne ses responsabilités. »